Critique eBook : Seul sur Mars (The Martian) par Andy Weir

Qui dit Kindle et eBook dit lecture (sans blague) et du coup je me suis dit qu’il pouvait être intéressant de proposer au fil de mes lectures des espèces de critiques en toute simplicité. L’idée étant de minimiser l’effet « spoil », je vais diviser l’article en deux. La première partie reste en surface, l’histoire, mon avis sur quelques éléments qui ne ruinent pas l’histoire et une seconde partie à afficher en cliquant sur le signe « plus », qui pour le coup révèle plus de choses et donne donc un avis plus complet.

Je commence avec « Seul sur Mars« , aka The Martian, par Andy Weir. Vous avez probablement entendu parler de cette histoire car il a été adapté au cinéma, avec Matt Damon.

themartian-cover-1

Synopsis

Le héro est Mark Watney, astronaute sur une mission à destination de Mars, en équipe. Arrivés sur place, un incident impose le départ de ses coéquipiers, qui le croient mort. Notre héro se retrouve donc coincé sur Mars, seul, et est supposé mort. Seul sur Mars raconte comment Watney imagine des solutions pour se sortir de cette situation.

 

Critique sans spoiler

Weir nous propose ici un ouvrage écrit avec différents points de vue, par « segments » qui s’enchaînent à la suite en fonction de l’histoire . Vous avez le « journal » de Mark Watney, rédigé simplement, à la première personne. Si Watney n’a pas de moyen d’écrire ou d’enregistrer du son/de la vidéo, nous ne savons pas ce qu’il se passe sur Mars, enfin pas directement. Ensuite vous avez le segment sur Terre, du point de vue de la NASA. Et d’autres (restons évasifs).

Seul sur Mars est facile à lire à une exception près, quand ça devient technique. Concrètement une bonne partie de l’ouvrage est composée d’explications plus ou moins complexes sur « comment Mark va survivre sur Mars ». Qu’il s’agisse du héro lui-même ou des ingénieurs de la NASA. Dans tous les cas, vous avez deux approches, soit vous prenez le temps de bien tout comprendre, soit vous lisez en « surface », un peu comme quand vous regardez une série qui parle de médecine ou de loi et que vous hochez la tête mais n’avez strictement rien compris. Est-ce que c’est mieux si vous comprenez tout ? J’imagine. Est-ce nécessaire pour apprécier l’histoire ? Non.

Le personnage principal est attachant, plein d’humour ce qui est plutôt amusant étant donnée la situation. Même si vous « zappez » les aspects techniques, vous apprendrez pas mal de choses sur Mars ou encore la NASA, ce qui est toujours intéressant, à mon sens.

Globalement mon avis est plutôt positif sur Seul sur Mars, les quelques subtilités de mon jugement se trouvent dans la section suivante, pleine de vilains spoilers à éviter pour ceux et celles qui souhaitent lire le livre ou aller voir le film.

« Seul sur Mars » est disponible à 6€ sur Amazon.

Suite et fin de la critique AVEC SPOILERS

Cliquez sur le texte ci-dessous pour lire le reste de la critique AVEC SPOILER.

Suite de la critique AVEC SPOILERS
Seul sur Mars est à la fois excellent et parfois « frustrant » dans son approche très réaliste. Concrètement, même si Mark se retrouve dans de nombreuses situations difficiles, on comprend rapidement qu’il va toujours trouver une solution et qu’au final ça sera un peu « anti climatique« . Le schéma est simple, il y a un problème, voici comment le résoudre, ça va être compliqué mais je n’ai pas le choix, j’applique la solution et ça fonctionne.

Bon parfois c’est un échec, mais rien qui donne le sentiment que notre héro va mourir sur Mars. C’est probablement aussi dû à l’humour quasi-permanent, même en situation de danger. Par prolongement, on doute au début de l’issue, mais rapidement il devient clair que Mark va retourner sur Terre. Et même la fin est anti-climatique, ce qui s’avère être une opération extrêmement dangereuse se fait sans encombres. Point. Fin. C’est à la fois réaliste et rafraîchissant, pour sortir des « clichés d’Hollywood », mais ça donne aussi l’impression que cet ouvrage est une sorte de publi-reportage sur la NASA. Bien entendu les astronautes de la NASA sont des personnes brillantes et il est logique que l’application des solutions se déroule majoritairement bien, mais dans le cadre d’un roman, est-ce pertinent d’aborder les choses de cette façon ? Je l’ignore.

Comme expliqué, c’est bien car on sort des clichés, mais c’est un peu frustrant car on a le sentiment qu’il manque quelque chose pour donner un peu de « peps » au bouquin. Dans tous les cas, j’ai apprécié sa lecture et je le recommande, surtout si le thème de l’espace vous branche, il parait d’ailleurs que le film est une belle adaptation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.